Entrepôt de la guilde des Rogue Birds


 

Entrepôt de la guilde des Rogue Birds

N° 79
C’est tout de même étonnant !
Tous les êtres vivants suffisamment courageux pour ne pas être effrayés que j’ai eu l’occasion de rencontrer, ont été plus intrigués par les circonstances de ma mort que par les mystères ésotériques soulevés par ma condition de fantôme. Quoi qu’il en soit, ma mort ne fut pas très glorieuse. Tout est arrivé par la faute de l’Elpidrax, une arme magique fabriquée par un puissant mage noir oublié depuis longtemps. La lame est faite d’un pic osseux acéré tiré de la queue d’une manticore. La poignée est finement sculptée, directement dans l’os et une calotte de crâne humain, taillée en pentagone, sert de garde. Je savais que l’Elpidrax est indestructible et ralentit le vieillissement naturel de son utilisateur. Mais je me suis vite rendu compte d’une autre facette plus sombre de ses pouvoirs. Cette lame est totalement obsédante. Je pouvais passer des heures à contempler la finesse des gravures sur la poignée et l’allure étrange de cette arme. Au fil des combats, je prenais de plus en plus de plaisir à la voir déchiqueter la chair de mes ennemis.
Une nuit, alors que je bivouaquais à la lisière de la forêt non loin d’un village, je me suis fait détrousser par des voleurs. J’ai juste eu le temps de reconnaître une cape des Rogue Birds avant qu’ils ne disparaissent dans l’obscurité. J’ai passé toute la nuit à errer dans le village à l’affût du moindre signe. Je n’avais qu’une seule idée en tête, récupérer Elpidrax. Le lendemain, j’ai finalement réussi à extorquer des informations à une petite frappe du coin concernant un entrepôt tenu par la guilde des Rogue Birds. J’ai réussi à m’infiltrer dans le bâtiment, mais j’ai rapidement été surpris en train de fouiller dans les sous-sols. J’ai essayé de me défendre, mais privé de ma précieuse lame je n’ai rien pu faire. J’ai été froidement exécuté par un homme de main. J’ai récemment appris, lors d’une intéressante discussion avec un mage vagabond, que c’est le funeste destin de tous ceux qui ont utilisé l’Elpidrax.
Extrait de « Histoires de fantômes » de Geralt Nolz, membre de la confrérie de l’étrange.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.