La tour des prêtresses d’Ethéril


« Non, je ne peux pas abandonner maintenant ! J’ai passé toutes les épreuves, je suis parvenue jusqu’au dernier niveau… Ma destinée se trouve derrière cette porte ! »

Prostrée devant la porte verrouillée, Ashaé venait de comprendre la signification des énigmes gravées sur les poteaux.
Elle avait choisi de vouer sa vie à l’Étheril. Des quatre éléments, c’était celui qui la fascinait le plus. Durant les dix années qu’elle avait consacrées à l’étude d’ Aguis, Cyla, Faros et Ethéril, elle avait peu à peu acquis la certitude que sa place était parmi les prêtresses de l’air.
Peu nombreuses étaient les élues, car peu d’aspirantes réussissaient à passer la dernière épreuve qui prouvait qu’elles étaient dignes d’Ethéril : pénétrer dans la tour des prêtresses pour y demeurer à jamais avec leurs consœurs.
Et elle se retrouvait là, si près de son but, n’osant croire quels sacrifices impliquait cette dernière étape.

« Renoncer… En serai-je capable ? Ne font-ils pas partie de moi aussi ? Que deviendrai-je si j’accepte d’y renoncer ? »

D’une main tremblante elle effleura le premier poteau.
« Le feu se nourrit de lui-même »

Puis le deuxième…
« La terre retourne à la terre »

Et le troisième.
« Toutes les gouttes mènent à l’océan »

Renoncer. Telle était la clé de l’énigme. Ashaé prit une profonde inspiration et se dirigea vers la salle dédiée à Faros.
Lorsqu’elle s’approcha du braséro, la peur s’empara d’elle. Ne pas résister. Renoncer. Alors qu’elle fixait les braises rougeoyantes, elle sentit la chaleur de son corps la quitter peu à peu. Au fur et à mesure que son feu vital rejoignait le braséro, le feu se ranimait. De vives flammes jaunes apparurent d’abord, puis elles se muèrent en flammes oranges plus douces. Tandis que la dernière vague de chaleur quittait définitivement son corps, les flammes du braséro devinrent bleues.
Elle ressentait une étrange sensation. Elle n’avait pas froid, la chaleur lui était simplement étrangère. Jamais plus elle ne ressentirait le froid ou la chaleur, jamais plus elle n’y serait sensible.
Ashaé quitta la salle et s’approcha du poteau. Les gravures scintillèrent brièvement avant de disparaître.
Elle se dirigea alors vers la deuxième salle et y entra par la porte de gauche.
Cyla à Cyla. Renoncer. Ashaé s’agenouilla devant l’affleurement de terre. Elle était prête à rendre à Cyla ce corps qui la rejoindrait tôt ou tard. Elle respira profondément, et regarda son corps regagner la terre. Elle fut surprise de n’éprouver aucune douleur lorsque son enveloppe charnelle se désagrégea.
Ne subsistait de son corps qu’une silhouette translucide constituée d’un flux d’eau mouvante.
Le cycle de la terre. Elle prit soin de ressortir par la seconde porte.
La gravure sur le deuxième poteau scintilla puis disparu.
Elle gagna la troisième salle et après une brève hésitation, plongea une main vaporeuse dans le bassin. Rien ne se produisit. Elle y trempa la deuxième main, mais sa silhouette ne se mêla pas à l’eau de la vasque.
Perdue, Ashaé tentait de comprendre.

« Je suis prête ! J’ai renoncé à mon feu vital, à mon enveloppe charnelle, je suis prête à renoncer à l’eau originelle ! Aguis, pourquoi n’acceptes-tu pas mon sacrifice ? »

Alors elle comprit. Renoncer. Ce n’était pas seulement renoncer aux autres éléments. Lâcher prise. Renoncer à la réussite même. Renoncer à tout pour l’Ethéril même s’il ne voulait pas d’elle.
Une douce sérénité l’envahit, et elle pleura. Ses larmes la quittèrent pour rejoindre le bassin.
Ashaé n’était plus. Elle n’avait plus d’existence physique, et pourtant elle ne s’était jamais sentie aussi vivante. Elle était à sa place. Elle était le souffle du feu, la respiration de la terre, le mouvement de l’eau. Elle faisait partie d’un tout. Elle était L’Ethéril.
Elle quitta la salle par les trois portes à la fois.
La dernière gravure disparut alors du troisième poteau.
Ashaé fut surprise un instant de n’entendre aucun verrou céder ni la porte s’ouvrir, puis elle sourit.

 
Une superbe histoire écrite par Sirpë Ráma. Je dois vous avouez que je pensais qu’elle était auteur de profession, mais elle ma confié faire cela uniquement pour le fun ! En tous cas je ne me lasse pas de lire ces propositions!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *