Le clan des Rutilants


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le clan des Rutilants

Le vol du parchemin de l’oubli fut la meilleure opportunité de ma carrière. Un soir, lors d’une discussion plutôt alcoolisée dans un tripot, j’appris qu’un petit groupe d’aventuriers locaux avaient mis la main sur la précieuse relique.
Ces prétentieux s’étaient proclamés membres du clan des Rutilants. J’orchestrai sournoisement une rencontre, et je me présentai à eux sous une fausse identité d’artiste de rue. Il ne me fallut pas longtemps pour les convaincre de m’accepter au sein de leur groupe. Bien évidemment, mes courbes généreuses et mes multiples compétences artistiques jouèrent fortement en ma faveur. Le quartier général des Rutilants s’avérait être une ferme fortifiée. Une construction humaine typique de l’ancien empire comportant trois étages et une petite cave. Je tâchai d’être irréprochable les jours suivants et je profitai de certaines occasions pour glaner discrètement les informations nécessaires à l’exécution de mon plan. Ainsi, j’appris que les aventuriers stockaient leurs précieux trésors au sous sol dans une pièce secrète. Une fois que la méfiance de mes compagnons fut estompée, je décidai de passer à l’action. Je descendis à la cave en plein milieu de la nuit et je m’emparai de tous les parchemins présents dans la cachette afin de ne prendre aucun risque. Je dissimulai discrètement mon butin parmi mes effets personnels et je retournai me coucher. Le lendemain je fis éclater une dispute sous un faux prétexte et d’un air offusqué, j’annonçai mon départ au groupe. Je sautai immédiatement dans la première caravane en partance pour l’ouest avant qu’ils ne se rendent compte de mon larcin. Je profitai d’une halte dans un village pour identifier le parchemin de l’oubli avec l’aide d’un marchand. Je savais que les anciennes inscriptions contenues dans ce manuscrit provoquent une sévère amnésie après lecture. Le bougre doit sûrement errer sans but a l’heure qu’il est. Je m’imagine déjà toutes les escroqueries que je vais pouvoir mettre en place grâce à ce bout de papier.

Extrait de « Larcins, fourberies et escapades » par Cirielle Magnulis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *